DECLARATION DE LA COMMISSION NATIONALE DE L’UNITE ET LA RECONCILIATION SUR LA 26EME COMMEMORATION DU GENOCIDE PERPETRE CONTRE LES TUTSI

 

« QU’ILS N’EMBROUILLENT PAS LES RWANDAIS »                                              

Au moment où la période de 100 jours de  commémoration du Génocide perpétré contre les Tutsi touche à sa fin, il est plus évident que la lutte contre l’idéologie du génocide et infractions connexes particulièrement la minimisation et la négation du Génocide perpétré contre les Tutsi doit se poursuivre.

La Commission Nationale de l’Unité et la Réconciliation encourage le public en particulier les Rwandais partout où ils se trouvent que ce soit  au Rwanda ou à  l’étranger à continuer cette lutte sans cesse.

Au moment où les Rwandais et amis du Rwanda commémoraient ensemble pour la 26ème  fois le Génocide perpétré contre les Tutsi, il a été remarqué que certains Rwandais et étrangers déforment la vérité sur le génocide qui a endeuillé le Rwanda dans le but de tromper le public qu’il y a eu double génocide au Rwanda. Il s’agit d’une négation intentionnelle du Génocide perpétré contre les Tutsi.

Ceux qui avancent l’argument qu’il y a des Hutu tués en luttant contre le Génocide perpétré contre les Tutsi et autres personnes qui ont perdu leurs vies dans les conditions non explicitées:

1)      Ceci implique la négation du Génocide perpétré contre les Tutsi;

2)      Il s’agit de tromper le public qu’il y a eu double génocide;

3)      Cela constitue une incitation à la  division des Rwandais.

L’exemple parlant est que le fait qu’il y aurait des Allemands tués pour leur lutte contre le Génocide des Juifs (Holocaust) n’a jamais entrainé le changement de son appellation. 

I.     CLARIFICATION FAITE PAR LES RWANDAIS

Les Rwandais l’ont bien clarifié en introduisant en Kinyarwanda le mot génocide d’origine de langues étrangères  dans la Constitution de la République du Rwanda de 2003 révisée en 2015 où ils ont adopté sans ambiguïté que l’extermination des Tutsi qui a eu lieu au Rwanda est le  Génocide perpétré contre les Tutsi.

Dans la préambule de la Constitution, les Rwandais déclarent ce qui suit:

« CONSCIENTS du génocide perpétré contre les Tutsi qui a décimé plus d’un million de fils et filles du Rwanda et conscients du passé tragique qu’a connu notre pays.»

Ceux qui commettent la négation duGénocide perpétré contre les Tutsi sous prétexte de « KWIBUKA BOSE »  déforment la vérité sur le génocide qui a endeuillé le Rwanda dans le but de tromper le public et sont contre la détermination des Rwandais.

II.         A PROPOS DE CEUX QUI AVANCENT QUE L’APPELLATION DE « GENOCIDE PERPETRE CONTRE LES TUTSI » POURRAIT SUSCITER LES ETHNIES QUI ONT DIVISE LES RWANDAIS DANS LEUR PASSE TRAGIQUE    

Il est bien connu que le Rwanda est la patrie des Rwandais d’origine de beaucoup d’ancêtres de générations séculaires partageant l’habitat sans exclusion, unis par leur langue le Kinyarwanda, ayant la même culture rwandaise et ses traits et à majorité la même croyance en Dieu. Ceci leur donne de partager la même et intrinsèque identité rwandaise (Ubunyarwanda).  

Dans le passé tragique du Rwanda depuis la colonisation, les Rwandais ont été divisés par les colonisateurs qui ont changé les mentions de Hutu, Tutsi et Twa anciennement décrivant les classes socio-professionnelles en groupes ethniques.

Ces divisions ethniques furent inculquées aux Rwandais pendant plusieurs années devenant ainsi une pratique dans la gouvernance du pays. Elles furent exploitées par l’administration du pays  pour la polarisation de la société rwandaise en passant par semer  la haine contre les Tutsi à l’idéologie du génocide  jusqu’au Génocide perpétré contre les Tutsi.

Le fait que les mentions de Hutu, Tutsi et Twa furent utilisées comme groupes ethniques  à une certaine époque de l’histoire du Rwanda et que les Tutsi furent ciblés pour être exterminés pendant le génocide, c’est un fait de l’histoire qui doit être désigné tel qu’il est.

L’appellation d’un fait historique pour expliquer un évènement de l’histoire n’a aucune interférence avec l’esprit d’appartenanceà l’identité commune de Rwandais                             (Ndi Umunyarwanda).

Ceci non plus ne devrait pas  être considéré comme une entrave à l’un des importants principes guidant le processus d’unité et réconciliation  à savoir celui de privilégier l’identité rwandaise et les intérêts communs des Rwandais avant toute autre considération que ce soit à caractère ethnique, parental, de religion, régional et autres…

III.             CLARIFICATION PAR LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE

Malgré l’engagement de l’Organisation des Nations Unies lors de l’adoption de la convention pour la prévention et la répression du crime de génocide en 1948 qu’il n’y aurait plus jamais de génocide, pendant le Génocide perpétré contre les Tutsi au Rwanda en 1994, les Rwandais ont été abandonnés à eux-mêmes, ceux qui étaient menacés ont demandé secours sans réponse, la communauté internationale a fait la sourde oreille  même à l’alerte de quelques étrangers qui indiquaient que le génocide était en train d’être commis au Rwanda.

Pendant le Génocide perpétré contre les Tutsi, les Rwandais classifiés dans le groupe des Tutsi furent maltraités, pourchassés, torturés, tués, leurs propriétés pillées et détruites.

L’hommage est toujours rendu à la bravoure  et à la détermination des Inkotanyi qui ont mis fin au Génocide perpétré contre les Tutsi, qui ont lutté contre la vengeance et soulagé la douleur des Rwandais pour qu’ils puissent cohabiter pacifiquement et avancer dans le processus d’unité et réconciliation.

 Egalement l’hommage est toujours rendu au courage exceptionnel des Abarinzi b’Igihango,         y compris ceux qui étaient comptés parmi les Hutu qui ont lutté contre le Génocide perpétré contre les Tutsi au risque de perdre leurs vies pour sauver celles de leurs frères et sœurs Rwandais. 

La position de l’Organisation des Nations Unies confirmée par la résolution 955du 8 Novembre 1994   du Conseil de Sécurité créant leTribunal International pour le Rwandachargé de juger les personnes présumées responsables d'actes de génocide est importante pour éclairer le monde entier sur  le Génocide perpétré contre les Tutsi.

Ce tribunal a établi legénocide commis contre les Tutsi au Rwanda en tant que fait historique dans le jugement rendu parla Chambre d’Appel du Tribunal Pénal international pour le Rwanda le 16/06/2006. Ceci aussi devrait aider quiconque voudrait saisir la vérité.

La décision de l’Organisation des Nations Unies en 2018 de commémorer le Génocide perpétré contre les Tutsi tel que réaffirmé par la  résolution 74/273 de l’Assemblée Générale d’Avril 2020 permet au monde entier d’éviter toute confusion sur l’appellation du génocide qui a eu lieu au Rwanda en 1994.   

Egalement, par cette résolution les Nations Unies condamnent sans réserve tout déni duGénocide perpétré contre les Tutsi. 

IV.  LA COMMISSION NATIONALE DE L’UNITE ET LA RECONCILIATION PROCLAME CE QUI SUIT 

1) Malgré les difficultés de se rapprocher physiquement posées par la pandémie du Covid-19, les Rwandais et amis du Rwanda ont pu participer activement aux activités de la 26ème commémoration du Génocide perpétré contre les Tutsi au moyen des media et technologies de l’information pour rendre aux victimes leur dignité en reconnaissant et en commémorant leurs souffrances et en vue de prévenir des actes de génocide dans l’avenir.   

2) Les Institutions du Gouvernement Rwandais, particulièrement la Commission Nationale de Lutte Contre le Génocide (CNLG) et les Ambassades du Rwanda  à l’étranger, les organisations non gouvernementales spécialement celles groupées dans IBUKA et certains individus ont fait un travail louable qui a permis à beaucoup de gens de commémorer sereinement.

3) Les Rwandais qui ont réalisé les actes visant à renforcer l’unité et la réconciliation pendant la 26ème  commémoration du Génocide perpétré contre les Tutsi tels que ceux d’assistance morale et matérielle aux rescapés dans le besoin sont à féliciter.

4) Les Rwandais ont manifesté qu’ils ne tolèrent pasles actes condamnables de quelques-uns qui s’aventurent dans d’idéologie du génocide et infractions connexes notamment la négation et la minimisation du Génocide perpétré contre les Tutsi ainsi que la violence contre les rescapé du génocide. Les instances compétentes du pays jouissent de confiance pour poursuivre efficacement les suspects et rendre justice aux victimes.

5) Toute personne, qu’elle soit autorité ou institution qui joue avec les mots sur l’appellation du Génocide perpétré contre les Tutsi porte atteinte  à la dignité des Rwandais et est à condamner.

La personne qui agit ainsi porte soutien à ceux ou celles qui ont l’intention de nier et de minimiser le Génocide perpétré contre les Tutsi.

Parmi ces personnes se trouvent:    

-         Celles qui ont abandonné les Rwandais ou qui ont été impliquées dans Génocide perpétré contre les Tutsi;

-         Celles qui visent à déstabiliser la tranquillité et la concorde des Rwandais engagés dans la guérison mutuelle des blessures du passé tragique en vue du développement dans la paix durable.

6) La Commission Nationale de l’Unité et la Réconciliation exhorte les Rwandais à ne pas se laisser distraire et décourager par ceux ou celles qui visent à les déstabiliser.

7)  La Commission Nationale de l’Unité et la Réconciliation prévient le public d’éviter et de ne jamais cacher tout crime d’idéologie du génocide et d’infractions connexes qui constituent les crimes graves sanctionnés de peines lourdes prévues par la loi nº 59/2018 du 22/8/2018 relative au crime d’idéologie du génocide et infractions connexes.

8) La Commission Nationale de l’Unité et la Réconciliation invite les Rwandais à poursuivre fermement leur choix de consolider leur unité et réconciliation tout en luttant contre toute sorte de division, contre l’idéologie du génocide et crimes connexes.

9) Le processus de guérison mutuelle et de bâtir la confiance entre les Rwandais basé sur la vérité,  repentance et le pardon est à soutenir car il s’avère comme dimension importante dans le processus d’unité et réconciliation.

10) La résilience et la détermination des Rwandais dans leur unité et réconciliation constituent une force immuable face à toute personne ayant l’intention de les déstabiliser dans leur choix de paix et de développement durables.    

Fait à Kigali, le 02/07/2020

Bishop RUCYAHANA John

Président de la Commission Nationale de l’Unité et la Réconciliation